Chronique d'une éducatrice - Mon chien c'est pas un enfant

Les chiens ce ne sont pas des enfants ! Wouah Wouah Wouah, quelle phrase. Réflexion que je partage tout à fait pour preuve je n'ai jamais pris mes filles pour des chiennes. En revanche, j'aime à dire que j'ai éduqué mes filles comme j'ai éduqué mes chiens.

Bien entendu, on est d'accord les chiens ne sont pas des enfants mais pourtant les chiens c'est comme les enfants. Ils font partie de la famille et tout comme mes filles, je soigne mes chiens quand ils sont blessés, je les emmène chez le docteur des chiens quand ils sont malades, je les sors se promener comme j'amenais mes filles au parc ou dans la campagne, je leur prépare à manger, je leur donne à manger, j'aime, quand j'ai le temps, leur préparer de bons petits plats de chiens, je joue avec eux, je les occupe, je les brosse, je leur donne leur bain, je les aime, je leur donne de l'affection, je leur dis que je les aime, je leur fais des câlins, je leur dis bonne nuit, je ne leur lis pas d'histoire c'est un fait, mais je leur donne une friandise et je leur fais un bisou pour leur dire bonne nuit, ils ont leur chambre, je leur achète des literies confortables, je leur change les draps, je leur achète des jouets, je m'inquiète pour eux quand je ne les ai pas sous les yeux, j'ai peur qu'ils leur arrivent quelque chose de grave, je les protège des imbéciles, je ne veux pas qu'on leur fasse du mal, je les emmène en week-end en vacances avec moi et quand je ne peux pas je leur donne les moyens d'être bien sans moi, bref je traite mes chiens comme je traite mes filles. Je vais même à affirmer à qui veut l'entendre que les chiens sont, en capacités cognitives, à l'équivalence d'un enfant de 6 ans, pour vous dire les incroyables capacités cognitives et l'étendu de leur panel émotionnel qui font leur essence.


Alors évidemment que mes chiens ne sont pas mes enfants j'ai bien conscience de ne pas les avoir enfantés par contre quand l'un d'entre eux vient à nous quitter définitivement je pleure son départ comme une enfant.

 


Catherine Collignon - www.animalin.net


0 commentaires

Pourquoi les chiens d'hier se comportaient-ils mieux que les chiens d'aujourd'hui ?

Ayant grandi à la campagne, je me souviens que les chiens étaient, à l’époque, relativement libres de courir quand bon leur semblait et où il leur semblait bon. Il était également fréquent de leur offrir des os à ronger que le boucher nous donnait, pour leur plus grand plaisir.

Cependant, même si nous faisions moins cas des relations qu’entretenaient les chiens avec les humains, il existait des règles de conduite faites de bon sens et qui étaient communes à tous les foyers :

 

Ces règles étaient :

• ne jamais déranger un chien qui dort ou se repose sur sa couche ;

• ne jamais déranger un chien qui mange ;

• ne jamais reprendre un os de la gueule d’un chien.

 

Si un enfant transgressait ces règles et poussait par son comportement le chien à grogner ou à mordre, ce n’était pas le chien qui était grondé dans un premier temps, mais l’enfant qui avait désobéit.

 

Toutes les personnes possédant un chien dans le foyer étaient très alertées par ces règles, et il était acquis pour tout le monde que c’était comme cela que les chiens se comportaient, parce que c’étaient des chiens et qu’il était naturel pour eux de se comporter ainsi.

 

Personne n’y associait de réflexions scientifiques ou éducatives car « c’est ainsi que les chiens vivent et réagissent».   

 

Quelques années seulement séparent le bon sens commun de l’époque du bon sens commun actuel. Pourtant, de nos jours, nous demandons à nos chiens :

         • d’accepter les contacts rapprochés quand ils sont dans leur couche,

         • d’accepter en remuant la queue que nous leur manipulions leur gamelle quand ils sont en train de manger

         • d’accepter l’idée qu’ils doivent nous donner leur os sans «broncher » quand ils sont en train de le ronger.

 

Nous les voulons tellement sociaux, aimants et faisant partie à part entière de la famille que nous les intégrons imaginairement dans un monde Walt Disney. Et quand ce monde Walt Disney s’écroule, nous leur trouvons des troubles de toutes sortes les amenant pour la plupart à l’euthanasie sans remettre une seule fois en question notre façon d’interagir avec eux.

 

Alors que nous avons donné aux chiens aucune raison de réagir autrement, pourquoi les chiens d’aujourd’hui devraient-ils réagir différemment des chiens de nos parents ?

 

Si nous désirons que nos chiens se comportent différemment que ceux de nos parents, nous devons prendre conscience qu’il nous faut, en tant que maîtres, leur en donner toutes les chances grâce à un apprentissage  et une éducation adapté. Ou bien soyons suffisamment responsables et honnêtes pour accepter la nature canine et adopter comme règle de conduite le bon sens de nos parents.

 

Il n’en ai pas moins incroyable que la bonne nouvelle est malgré tout, que nous pouvons apprendre à un chien à aimer nous donner un os, à aimer qu’on lui reprenne ou s’approche de sa gamelle et à apprécier les contacts rapprochés quand il est sur sa couche. Et, que nous pouvons apprendre aux maîtres à apprendre et à accepter l’idée que leur chien n’est pas prêt à accepter cette éventualité et à ne pas y voir pour autant un problème de comportement.

 

En conclusion, il est important d’intégrer en tant que maître et quel soit le chien que j’accueille dans mon foyer que ce n’est pas parce que mon chien est sociable, qu’il remue la queue quand il interagit avec moi ou avec des étrangers, qu’il joue avec moi et accepte les manipulations, qu’il pourra pour autant remuer la queue quand :

         • je manipulerai sa gamelle ou qu’un enfant connu ou inconnue le fera,

         • j’aurais l’intention de lui récupérer son os que je viens juste de lui offrir,

         • je déciderai ou un enfant le décidera de lui faire un gros bisou penché sur lui tout en l’enlaçant quand il sera confortablement installé sur sa   couche.

La prudence étant mère de sûreté, il devrait être obligatoirement transmis à tous les maîtres pour tous les chiens de compagnie donnés à vivre dans un milieu familial, que si nous désirons que nos chiens d’aujourd’hui se comportent différemment que les chiens d’hier nous devons prendre le temps de leur apprendre et leur donner envie de changer de point de vue.

 

Auteur : Catherine Collignon © - 2016

14 commentaires

Les erreurs d'apprentissage les plus fréquentes en éducation canine

Le chien et l’éducation du chien sont soumis aux lois de l’apprentissage. Nous pouvons nous appliquer à comprendre ces lois afin de mieux saisir ce qui nous échappe parfois quand notre chien se comporte mal et nous donner un moyen de contrôler la situation en comprenant pourquoi, alors que nous le réprimandons, il continue de mal se comporter.

Les chiens apprennent par association et par répétition, ainsi tout comportement récompensé augmente en intensité et en fréquence, peu importe le comportement récompensé, et à l’inverse tout comportement puni diminue en intensité et en fréquence.

Ainsi, quand vous sanctionnez votre chien, et que malgré vos réprimandes à répétition son comportement augmente, c’est qu’il est probablement, sans que vous en ayez conscience, récompensé. De toute évidence, il est inutile de continuer à le réprimander puisque cela ne sert n’a pas l’effet escompté, il vaut mieux essayer, dans un premier temps de rechercher ce qui fait augmenter son comportement, puis d’établir quel comportement pourrait se substituer à ce mauvais comportement et enfin le récompenser pour que le bon comportement souhaité augmente en intensité et en fréquence. De la même façon, lorsque vous croyez récompenser et que le comportement diminue, c’est qu’en fait le comportement est puni.

 

Récompenser en croyant punir : Je gronde mon chien dès qu’il me saute dessus, pourtant il recommence systématiquement. Certes, vous le grondez, mais vous le touchez en même temps pour le repousser. Ce geste est interprété par votre chien comme une stimulation sociale, donc une réponse favorable qui le stimulera à vous dire bonjour de nouveau. Par votre action même vous récompensez ses sauts. Si sa motivation à vous dire bonjour est plus forte, il recommencera, avec une certaine anxiété peut-être à l’idée de vous énerver, mais stimulé par le fait que vous le touchiez.

 

Récompenser un comportement en croyant le contrôler : Mon chien gratte à la porte pour entrer, cette action m’est insupportable car il abîme à chaque fois la porte. Pour contrôler le fait qu’il gratte et pour faire cesser son action, je le gronde et j’ouvre la porte en même temps. La porte qui s’ouvre est la réponse qu’attendait le chien en grattant. Ainsi récompensé, il recommencera même si vous l’avez grondé. 

Une autre loi très importante nous enseigne que pour fixer un comportement dans le temps il suffit de le récompenser de façon aléatoire (1 fois sur 2, puis 1 sur 5, puis 1 sur 10, puis 1 sur 4, etc.).

 

Apprendre à mon chien à insister : Mon chien quémande de la nourriture à table de temps en temps. Il ne le faisait pourtant pas avant, mais maintenant il en prend l’habitude. Si je l’ignore ou si je le réprimande, il insiste. Premier constat : s’il quémande, c’est qu’il a dû en être récompensé à un moment ou à un autre. « Non », allez-vous me répondre. Si j’insiste auprès de vous en reformulant ma question, vous allez me dire : « Oui cela nous est arrivé, mais très rarement, et il y a longtemps maintenant que nous avons arrêté ». Le « très rarement » avec une récompense de forte valeur suffit au chien pour insister dans sa réponse. Car il ne sait jamais si vous êtes sérieux quand vous dites « Non », puisque quelques fois, même très rarement, vous l’avez récompensé, une fois sur 2, sur 15, sur 8, sur 3, sur 30. Pourquoi s’en priverait-il alors ? Il ne sait pas quand la récompense va arriver, mais il sait qu’elle arrivera certainement à un moment ou à un autre….

 

Apprendre à mon chien à bouder pour obtenir mieux : Votre chien boude sa gamelle, cela vous inquiète alors vous vous approchez et vous le stimulez à manger ; voyant que rien n’y fait, vous vous dirigez vers le placard de la cuisine, vous sortez un peu de jambon et le mélangez à sa gamelle pour le stimuler à manger. Qu’est-ce que le chien peut apprendre en associant les différentes étapes jusqu’à une finalité agréable ? Étape 1 : je boude ; étape 2 : mon maître s’approche et secoue ma gamelle ; étape 3 : mon maître se dirige vers le placard, c’est bon signe je vais avoir du mieux, il craque. Vous avez appris à votre chien à bouder et à insister dans le comportement que vous vouliez voir disparaître. Certains chiens sont des professionnels de la bouderie pour obtenir une gamelle plus appétissante.

 

Apprendre à mon chien à augmenter le critère : Je suis au téléphone, mon chien gratte derrière la porte, comme je ne répond pas immédiatement car je suis occupée, il augmente le critère et aboie, n’y tenant plus car il va déranger les voisins je vais lui ouvrir. Je viens de lui apprendre à augmenter le critère, la prochaine fois il aboiera plus fort pour être certain que vous l’avez bien entendu, puisque cela marche mieux que de gratter.

 

Apprendre à mon chien à avoir un mauvais caractère : Je suis en balade avec mon chien en laisse, je rencontre une voisine, je décide de discuter un peu. Mon chien, agacé par mon immobilité, commence à gesticuler dans tous les sens. Pour qu’il me laisse tranquille, tout en continuant à discuter, je le détache. Je viens juste de lui apprendre que lorsque qu’il gesticule et manifeste son impatience, il obtient ce qu’il désire. Vous venez de récompenser un comportement qui peut vite devenir gênant au quotidien.

Bien entendu, nous avons affaire là à un certain type de caractère, mais nous venons sans nous en rendre compte d’augmenter le mauvais côté  de son caractère.

Les exemples de ces récompenses non maîtrisées ne manquent pas et sont à mon sens l’une des principales causes des comportements gênants ainsi que des problèmes de comportement et de caractère des chiens de compagnie.

Nous devons toujours avoir en tête, lorsque nous sommes en leur compagnie, qu’ils n’ont certainement pas la notion de ce que peut être un bon comportement ou un mauvais comportement. C’est à nous de leur enseigner. Quand les maîtres prennent conscience de l’énorme impact de la récompense sur un comportement, ils l’utilisent à bon escient pour apprendre à leur chien à adopter les bons comportements afin d’en faire un compagnon agréable à vivre au quotidien plutôt que l’inverse. 
Soyons donc toujours conscients de ce que nous sommes en train de récompenser.

 

Auteur : Catherine Collignon - © - www.animalin.net

24 commentaires